Les filières de traitement

L'Unité de valorisation énergétique des déchets (Uved)

L’Uved est située dans la Zone Industrielle Sud du Mans, au 200 bis rue de l’Angevinière. Elle est exploitée par un prestataire privé, filiale du groupe Veolia Propreté, via un contrat de Délégation de Service Public (DSP).

L'Uved est une Installation classée pour la protection de l'environnement (Icpe). A ce titre, elle est soumise à un arrêté préfectoral d'autorisation d'exploiter, qui comporte notamment la liste des déchets admis, les seuils de rejets atmosphériques à respecter, et impose une capacité annuelle maximale de 140 000 tonnes de déchets.

galerie photos + plaquette de l'Uved


Historique :

    1972 : début des travaux de construction de l'usine d'incinération des ordures ménagères (aujourd'hui appelée Uved grâce à la valorisation de l'énergie produite par l'incinération des déchets).
   
    1975 : mise en service de l’usine. L’usine comporte deux lignes (lignes n°1 et n°2) d’une capacité de 8 tonnes/heure chacune. Aucune ne permet la valorisation énergétique des déchets incinérés, le procédé permet simplement l'élimination des déchets.

    1991 : grâce à un nouveau contrat de DSP, Le Mans Métropole réalise de nombreux investissements novateurs : une nouvelle ligne (n°3) de 12 tonnes/heure, équipée de chaudières de récupération d'énergie, un groupe turbo-alternateur pour la production d'électricité et un réseau de distribution de chaleur desservant Allonnes. L’exploitation est confiée à la société MCI, filiale de Veolia Propreté et de Dalkia. Le contrat est prévu pour une durée de 24 ans.

    1998-2002 : arrêt de la ligne n°2 et construction d’un nouveau four d’une capacité de 9 tonnes/heure avec valorisation énergétique et traitement des fumées aux normes (ligne n° 2bis).

    2000 : construction d'une Unité de traitement des mâchefers (Utm), permettant de produire des mâchefers valorisables en remblai routier et de récupérer les métaux.  

    2002 : mise aux normes du traitement des fumées de la ligne 3.

    2005 : arrêt définitif de la ligne n°1, non mise aux normes.

    2010-2011 : nouvelle mise aux normes du traitement des fumées des lignes n°2bis et 3.

    2015 : lancement d'un appel d'offres pour l'exploitation de l'Uved et de l'Utm à partir d'octobre 2016.


Présentation du procédé de traitement et valorisation :

L’incinération est une technique de traitement des déchets consistant à les brûler. Une fois le four monté en température et avec insufflation d'air, les déchets sont un combustible. Le feu est entretenu 24h/24 et 7j/7, hors périodes de maintenance.

La vapeur est produite dans les chaudières grâce à la chaleur des fumées d'incinération. Sur l’Uved du Mans, la vapeur alimente une turbine génératrice d'électricité et un échangeur de chaleur, et permet d'alimenter :
-    le process d’incinération et le traitement des fumées (électricité et chaleur),
-    le réseau ERDF (électricité),
-    le réseau de chaleur d'Allonnes (eau surchauffée = chaleur). Ce réseau de chaleur dessert 7 800 équivalents-logements.
La performance énergétique de l’Uved, supérieure à 60% permettant de qualifier le traitement des déchets de "valorisation" et de bénéficier d’un taux réduit de Taxe générale sur les activités polluantes (Tgap) sur les déchets entrants.

Comme dans un poêle à bois domestique, l'incinération produit des « cendres », appelées mâchefers, et des fumées.
Les mâchefers sont déferraillés et analysés. Les métaux rejoignent les filières de recyclage et la grave résiduelle est réutilisée en remblai routier.
Les fumées subissent un traitement de dépollution avant leur rejet dans l’atmosphère, permettant d'une part de capter les métaux lourds et les produits organiques (dioxines et furanes notamment) sous forme de poussières, et d'autre part de réduire les oxydes d'azote. Les poussières contenant la pollution sont inertées et stockées dans des installations spécialisées et autorisées. Ce sont les seuls résidus non valorisables, elles représentent environ 3% du tonnage entrant.
Le traitement des fumées est effectué depuis 2007 avec du bicarbonate de sodium, du coke de lignite et de l’eau ammoniacale.

Le centre de tri Valor Pôle 72

Le centre de tri Valor Pôle 72 est situé dans la zone industrielle sud au Mans, avenue Pierre Piffault. Il est détenu à parts égales par SNN (groupe Suez) et Passenaud Recyclage.
Le centre de tri, construit en 2012, a ouvert le 1er juillet 2012. Il réceptionne depuis cette date les collectes sélectives de Le Mans Métropole.

galerie photos


Ce centre de tri nouvelle génération est doté d’un process ultra mécanisé. Il comporte notamment :

  • quatre séparateurs balistiques et 7 trieurs optiques permettant de trier les matériaux en fonction de leur forme, de leur taille ou de leur couleur,
  • un séparateur à courant de Foucault permettant de capter les métaux non ferreux,
  • un overband (aimant) permettant de capter les métaux ferreux.

L’affinage du tri est réalisé manuellement par des opérateurs.
Les différentes fractions triées sont ensuite expédiées vers des repreneurs spécifiques.
En 2015, Valor Pôle 72 a réceptionné 40 910 tonnes d’emballages à trier dont 9 720 tonnes de Le Mans Métropole.

le site internet de Valor Pôle 72

Des visites de groupe sont organisées les mardis et jeudis matin de 10h à 12h. Pour tout renseignement, contacter le service Propreté.

Le recyclage des matériaux

Les emballages (à l'exception du verre) sont dirigés vers un centre de tri où des machines et des trieurs professionnels les séparent plus finement, matériau par matériau.
Une fois triés, tous les matériaux sont conditionnés sous forme de balles (sauf le papier) et  transportés chez les industriels recycleurs.

La filière des emballages plastiques

Les plastiques sont recyclés, selon leurs caractéristiques, ils subissent les mêmes étapes de transformation : lavages et broyage pour obtenir des paillettes, puis, transformation en granulés pour obtenir de nouveaux matériaux comme des tubes, tuyaux, revêtement de sol, fibres synthétiques, bouteilles ou flacons.

Une tonne d’emballages plastique triée permet de fabriquer 1 800 pulls en laine polaire et d’économiser 600 kg de pétrole.
Le recyclage des plastiques en vidéo

La filière papier carton

Tous les papiers triés sont recyclés. Grâce à un procédé simple, il est possible de récupérer les fibres qui composent le papier pour en faire une nouvelle matière première. Le papier passe par différentes étapes : broyage, pulpage (dilution dans l’eau), tamisage, désencrage, séchage, bobinage. Cette nouvelle matière première peut à son tour redevenir du papier ou d’autres produits comme des produits d’hygiène, des cartons d’emballage ou des matériaux d'isolation.


Les cartons entrent à nouveau dans la fabrication d’emballages en carton. Leurs fibres sont recyclées en papier sanitaire et domestique, en nappes en papier ou en papier cadeau.

Une tonne d’emballages en carton triée permet de fabriquer 5 000 boîtes de céréales en carton et d’économiser 2.5 tonnes de bois.
Le recyclage des papiers-cartons en vidéo

La filière des métaux


Broyés, laminé et lavés, les métaux sont ensuite fondus et purifiés à environ 1600°C, avant d’être transformés en matière première, sous forme de lingots, de fils, de bobines ou de barres, qui seront ensuite utilisés dans la création de nouveaux produits finis.


L’acier entre dans la fabrication d’objets que nous utilisons tous les jours (automobile, électroménager, mobilier, emballages …).

Une tonne d’acier permet de fabriquer une voiture et d’économiser 2 tonnes de minerai de fer.
Le recyclage de l'acier en vidéo

L’aluminium sert à fabriquer des pièces moulées pour des carters de moteur de voiture, de tondeuse ou de perceuse, des lampadaire de jardin, des montants d’étagères, des radiateurs, ou à nouveau des canettes de boisson…

Une tonne d’emballages en aluminium triée permet de fabriquer 100 vélos et d’économiser 2 tonnes de bauxite (minerai d’aluminium).

Le recyclage de l'aluminium en vidéo

Les métaux sont indéfiniment et à 100 % recyclables.



La filière du verre


Le verre est élaboré à partir de sable, de soude et de calcaire. On y ajoute une forte proportion de calcin (poudre de verre). Ces matières sont chauffées dans un four jusqu'à leur fusion vers 1 500° C. Le verre peut prendre toutes les formes qu’on lui demande afin de redevenir un emballage. Une bouteille sur deux est fabriquée avec du verre recyclé.
Le verre est un matériau indéfiniment, et à 100 %, recyclable.

Une tonne de verre triée permet de fabriquer 2 500 nouvelles bouteilles de vin de 75 cl et d’économiser 700 kg de sable

Le recyclage du verre en vidéo

Les Éco-Organismes

La filière de collecte séparée des emballages ménagers est la première à avoir mis en œuvre le principe de la Responsabilité élargie du producteur (Rep) dès 1992. Le Mans Métropole a signé le premier contrat avec Eco-Emballages le 16 février 1996.
Le 25 août 2011, avec effet rétroactif au 1er janvier 2011, Le Mans Métropole a signé un nouveau contrat avec Eco-Emballages, appelé Contrat pour l’Action et la Performance (CAP) barème E, fondé sur les objectifs du Grenelle de l’Environnement, pour une durée de 6 ans.


Le décret n°2005-829 du 20 juillet 2005 relatif à la composition des équipements électriques et électroniques et à l'élimination des déchets transpose en droit français une directive européenne qui fixe un objectif de collecte annuelle de 4 kg de Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) par habitant.
Un organisme coordonnateur, OCAD3E SAS, a été agréé par les pouvoirs publics pour assurer la compensation des coûts de cette collecte sélective supportés par les collectivités.
Il a donc été signé une convention le 31 mars 2008, régissant les relations techniques et financières entre OCAD3E et la collectivité qui développe un programme de collecte sélective des DEEE. Une nouvelle convention a été signée le 16 décembre 2013 pour une durée de six ans.
L’éco-organisme choisi est Ecologic. Il met en place une filière locale de traitement permettant ainsi le maintien et le développement des structures d'insertion, en faisant travailler Envie 2E Le Mans..

 

 

Suite aux décrets n° 99-374 du 12 mai 1999 et n°2009-1139 du 22 septembre 2009 relatifs à la mise sur le marché des piles et accumulateurs et à leur élimination, l’éco-organisme Corépile a été agréé. Le Mans Métropole a signé un accord de reprise des piles et accumulateurs le 20 janvier 2004.

 

 

 

Les déchets papiers sont collectés par Le Mans Métropole dans le cadre de la collecte sélective et sont ensuite recyclés. Le coût de cette élimination était supporté par la collectivité.
Le Code de l'Environnement prévoit une éco-contribution de la part des producteurs de papiers.
Le Mans Métropole a donc signé une convention le 7 août 2008 avec Écofolio, organisme chargé de percevoir l'éco-contribution et d'apporter un soutien financier aux collectivités.

 

 

Le Décret n° 2012-13 du 4 janvier 2012 relatif à la prévention et à la gestion des déchets ménagers issus de produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l'environnement, définit la filière de Responsabilité Elargie du Producteur des déchets dangereux des ménages. Il a donc été signé une convention le 29 août 2013 pour une durée indéterminée, tant qu’ÉcoDDS est titulaire d’un agrément.


L’article L541-10.3 du code de l’Environnement inséré par la loi n°2006-1666 du 21 décembre 2006 crée la filière Rép des produits Textiles, du Linge de maison et Chaussures.
Dans ce cadre, Le Mans Métropole a signé une convention avec Éco TLC, éco organisme le 31 août 2011. Elle a été renouvelée le 8 juillet 2014.
Le Mans Métropole a signé une convention pour assurer la collecte des 15 conteneurs textiles le 31 août 2011 avec Ecotextile jusqu’au 31 décembre 2019.

 

 

L’article L541-10.6 du code de l’Environnement pose les bases légales de la filière Rép sur les Déchets d’Éléments d’Ameublement (DEA). Dans ce cadre, Le Mans Métropole a signé un contrat territorial de collecte du mobilier le 4 juin 2014. Un avenant-type du 9 septembre 2015 est venu modifier de plein droit le contrat territorial. Il s’applique à compter du 1er janvier 2015 pour une durée de 3 ans (soit jusqu’au 31 décembre 2017).
La mise en place de la collecte en déchèterie sera progressive. Le 1er caisson a été installé le 1er octobre 2014 à la déchèterie de la Chauvinière.

 

 

En vertu du principe de la Rép et en application de l’article L541-10-2 du code de l’Environnement, les fabricants d’Equipements Electriques et Electroniques doivent contribuer à la collecte, à la valorisation et à l’élimination des Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).
Le Mans Métropole a signé une convention avec Récylum, l’éco-organisme référent pour la collecte et le traitement des lampes, le 23 juin 2015, avec un effet rétroactif au 1er janvier 2015. Elle est conclue jusqu’au 31 décembre 2020.

 

 

Pour répondre à une demande émanant des collectivités assurant la gestion des déchèteries, la société Coleman a mis en place un nouveau service pour résoudre le problème de la reprise et du traitement des bouteilles de la marque Campingaz.
Le Mans Métropole a donc signé une convention avec la société Coleman pour assurer une collecte gratuite des bouteilles de la marque Campingaz en déchèterie, à compter du 1er juillet 2015.


Le Mans + proche

Trouver une association

Le Mans + d'informations

Pour en savoir plus sur ce thème

Service Propreté

Appeler
02 43 47 47 60
Écrire
CS 40010
72039 Le Mans Cedex 9
Venir
206, rue de l'Angevinière, au Mans
du lundi au vendredi, 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 45
Élu(e) délégué(e)
Haut de page